• Prisonniers sans frontières - artisan
    Acquérir des compétences pour préparer sa réinsertion
  • Prisonniers sans frontières - culture
    Améliorer l'alimentation par la culture de jardins maraîchers
  • Prisonniers sans frontières - artisan
    Pour redonner espoir et dignité aux prisonniers en Afrique
  • Prisonniers sans frontières - procédure
    Faire respecter les droits des détenus
  • Prisonniers sans frontières - hygiéne
    Développer l'hygiène pour faire progresser la santé
  • PRisonniers sans frontières femmes
    Ecouter et apporter un soutien moral

page de couverture du rapport

Présence de PRSF depuis 2003.

PRSF au Niger

Responsables-pays : Chantal et François BERGER, Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Coordinateur national : Issoufou Amadou Tidjani
Mahamadou, E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Prisons où les 15 équipes-terrain PRSF interviennent : Agades, Arlit, Birni N’Konni, Birni N’Yaoure, Boboye, Daikina, Dogondoutchi, Kollo, Madaoua, Maradi, Niamey, Tahoua, Tera, Tillaberi et Zinder.

88 visiteurs bénévoles, pour 16 prisons visitées, regroupant 4 000 détenus

 Contexte politique, sécuritaire

Le Niger est l’un des pays les plus pauvres du monde avec un taux de scolarisation et d’alphabétisation et un niveau de développement des plus faibles.

Le Niger, signataire des huit instruments juridiques fondamentaux de protection des droits de l'Homme au niveau africain et sous régional, fait montre de beaucoup d'engagement dans la promotion des droits de l'Homme.

L’année 2016 a été marquée par l’organisation des premières élections depuis le coup d’Etat de 2010. Le pays reste également fortement exposé à la menace terroriste. Au sud et à l’est, Boko Haram accroît ses activités terroristes Les équipes PRSF mobilisées malgré tout

Données sur les prisons

Le Niger compte 9353 détenus dont 6020 prévenus et 3333 condamnés, 320 femmes (dont 259 prévenues, et 388 mineurs), répartis sur 38 établissements pénitentiaires pour une population de près de 18 millions d’habitants. Les entraînant une augmentation importante du nombre des mineurs détenus. Au cœur de cette zone d’instabilité et de violence, le Niger résiste au prix d’importants efforts sécuritaires qui ne sont pas sans conséquences sur les objectifs de développement du pays.

Détentions préventives et surpopulation

Près de 60% des hommes et 80 % des femmes sont prévenus c'est-à-dire en attente de jugement. La capacité des établissements est très souvent largement dépassée. La prison de Niamey qui date de la période coloniale détient plus de 1300 détenus pour une capacité théorique de 350.

 

Niger – Espace mineurs à la prison de Niamey

Focus sur les mineurs

Depuis le début 2016 PRSF est engagé en partenariat avec l’association Grandir Dignement dans un projet financé par l’Union européenne. Ce projet se déroule sur 2 ans. Il a pour objectif d’améliorer les conditions de vie carcérale des mineurs, l’hygiène et la santé, l’alimentation et l’accès au droit, en relation avec les juges des mineurs. Nos équipes sont mobilisées dans la mise

en œuvre de ce projet dans les prisons de Birni N’Gaouré, Maradi, Say et Tillabéry. Grandir Dignement intervient auprès des mineurs détenus à Niamey et Zinder, propose diverses formations et agit auprès des autorités pour mettre en place des alternatives à la détention des mineurs. Il s’agit de lutter contre l’incarcération et aussi d’appuyer la mise en place de l’aide juridictionnelle pour que les mineurs bénéficient d’une réelle défense. Les responsables-pays de PRSF et ceux de Grandir Dignement ont animé une semaine de formation du 19 au 23 septembre rassemblant à Niamey les régisseurs, les infirmiers major et trois membres de PRSF de chacune des prisons concernées par ce projet.

Au programme, les éléments spécifiques de l’adolescence, la prévention des maladies contagieuses, les besoins alimentaires des mineurs et les droits des mineurs privés de liberté ainsi que la procédure pénale les concernant. Nous avons bénéficié des apports d’un commissaire de police et du juge des mineurs.

Bouton Faire un don