Guinée

Présence depuis 2005, en Haute Guinée et Guinée forestière

 - PRisonniers Sans Frontières

Responsables-pays

Alain VIGNATalain.vignat@bbox.fr
Bernard L'HUILLIERb.lhuillier@noos.fr



Coordinateurs nationaux

Paul GUILAVOGUIguilavoguipaul@gmail.com
Dr Ibrahima Sory Diallobigdiallo2002@yahoo.fr



131 visiteurs bénévoles, pour 10 prisons visitées


Prisons où les 10 équipes-terrain PRSF interviennent :

  • Conakry
  • Faranah
  • Fria
  • Guékédou
  • Kankan
  • Kérouané
  • Kissidougou
  • Labé
  • N’zérékoré
  • Siguiri

Actualité 2020-2021

Situation politique

  • Alpha CONDE modifie la constitution pour un 3ème mandat. Il est élu en octobre 2020 provocant une certaine instabilité politique
  • 55% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté
  • Pays agricole mais riche en ressource minière, principalement la Bauxite
  • Présence importante des investisseurs chinois


Missions et Réalisations

Du fait de la distance entre Conakry et la guinée Forestière 2 coordinateurs, l’un sur Conakry (Docteur Ibrahima Diallo) l’autre sur la Guinée forestière (Paul Guilavogui).

La pandémie s’est développée sur Conakry mais a épargné en partie la Guinée forestière et la haute guinée mais pas de missions de RP en 2020.

  • Les ET des 7 prisons de ce secteur ont pu continuer leurs actions en respectant les gestes barrières et ont mis l’accent sur l’hygiéne (70% du budget trimestriel)
  • A Conakry, création d’un jardin maraicher en 2019 sur une  zone de la maison centrale envahie par vingt années de dépose de déchets ,mais ce terrain a été réquisitionné en juin2020 pour isoler les détenus susceptibles de contamination et logés sous tente, mettant fin à toute production
  • Création sous l’impulsion du Docteur Diallo de 2 nouvelles ET à l’ouest (Labbé- 216 détenus, une ET de 19 bénévoles- et Fria-30 détenus, une ET de 17 personnes) financées en totalité par lui-même et des partenaires locaux.


Perspectives : Reprise des activités, formation, réinsertion

  • Réhabilitation du jardin de Conakry dés que possible (effectif en mai 2021)
  • Formation de nouveaux bénévoles
  • Projets en cours pour réinsertion des détenus

Nous nous y attellerons dès que la situation se sera normalisée. Cette normalisation risque d’être retardée par le putsch militaire qui a renversé début septembre 2021 le président Alpha Condé et prononcé la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée Nationale en attente de nouvelles élections.

Présente depuis 2005 uniquement dans l’intérieur du pays, PRSF a étendu ses activités à Conakry et la Guinée maritime en 2016.

Les équipes de l’intérieur du pays se composent chacune de 5 à 10 bénévoles, tandis que celle de Conakry comprend une centaine de membres : il est vrai que la Maison Centrale de cette ville compte 1600 détenus, alors que la plus importante des autres prisons couvertes, à savoir celle de N’Zérékoré, rassemble 300 détenus.

Les équipes terrain se consacrent aux missions essentielles de PRSF, à savoir apporter écoute aux détenus par des visites régulières, améliorer l’hygiène et l’alimentation.

En outre, les responsables pays apportent régulièrement des vêtements lors de leurs misions. Au-delà de ces activités de base, PRSF veut élargir ses interventions à l’alphabétisation et la réinsertion.

En 2018, le projet de création d’un jardin maraîcher dans la Maison Centrale de Conakry a enfin abouti, après de nombreuses péripéties liées à la difficulté de dégager le terrain (situé dans l’enceinte de la prison) des monceaux de déchets accumulés au fil des ans et de trouver une solution pour les évacuer ailleurs à l’avenir.

Ce jardin permet à la fois d’améliorer l’alimentation des détenus, de les occuper et de leur donner une formation professionnelle agricole de base. Les premiers légumes ont été récoltés en décembre 2018.

L’année 2019 verra la montée en puissance du jardin de Conakry avec une extension de la surface cultivée, mais aussi le lancement d’une action de formation professionnelle à N’Zérékoré, en Guinée Forestière.

Cette formation, impossible pour des raisons matérielles dans l’enceinte de la prison, aura lieu dans une école de formation professionnelle et s’adressera à de jeunes femmes récemment libérées et concernera les domaines de la couture de la coiffure et de l’hôtellerie.

D’autres actions de formation pour favoriser la réinsertion sont envisagées dans d’autres villes, et en particulier à Conakry.