Mali

Présence depuis 2005

 - PRisonniers Sans Frontières

Responsables-pays

Marie-Hélène BOUVIER-COLLEmh.bouvier-colle@prsf.org
Régis CAVELIERprsf@prsf.org



Coordinateur national

Philippe DEMBELEphildembele@gmail.com



Chargé des relations institutionnelles à Bamako

Bernard JACQUINprsf@prsf.org



70 visiteurs bénévoles, pour 13 prisons visitées, regroupant 5 182 détenus


Prisons où les 13 équipes-terrain PRSF interviennent :

  • Bamako
  • Bandiagara
  • Bougouni
  • Diéma
  • Fana
  • Kati
  • Kayes
  • Kita
  • Macina
  • Mopti
  • Ségou
  • Sikasso
  • Tominian

Rappel

PRSF est présente au Mali depuis 2003. Elle est habilitée depuis cette date par la Direction Nationale de l’Administration Pénitentiaire et de l’Education Surveillée (DNAPES) à intervenir dans les prisons du Mali. Elle a également été reconnue comme association étrangère pouvant exercer ses activités au Mali.

L'association intervient par l'intermédiaire de ses visiteurs de prison bénévoles, membres de la société civile, regroupés au sein d'équipes-terrain, dans 14 établissements pénitentiaires dans les communes suivantes : Bandiagara, Bamako (Maison Centrale d’Arrêt, Bollé Femmes, Bollé Mineurs), Bougouni, Diema, Fana, Kati, Kayes, Kita, Macina, Mopti, Ségou, Sikasso. La population carcérale touchée varie de 35 (Fana et Bandiagara) à plus de 2000 détenus (MCA Bamako), la moyenne s'établissant entre 150 et 300 détenus.

L’action des ET est animée par un coordinateur national, Philippe Dembele qui est domicilié à Ségou. L’association est, par ailleurs, représentée auprès des institutions et autorités maliennes par Bernard Jacquin qui est domicilié à Bamako.

Chaque trimestre, le coordinateur national reçoit du siège une dotation qui est répartie entre les équipes-terrain. Chaque équipe-terrain définit en lien avec les régisseurs des prisons les modalités d’utilisation de la dotation.

Les dotations adressées aux équipes-terrain proviennent des donateurs de l'association et des bailleurs de fonds suite à des appels à projet auxquels PRSF a répondu. Ainsi,

  • en 2011, l'Union Européenne a financé un projet « Société civile et droits fondamentaux des personnes incarcérées » d'un montant d'environ 160 000€ sur trois ans. Dans ce cadre, des jardins maraîchers ont été créés à Bougouni et Mopti, une infirmerie a été édifiée à Kita, des cuisines ont été améliorées à Kayes et Ségou, un château d'eau a été érigé à Ségou... Une caravane du droit a été organisée auprès des juridictions de Bamako et Kayes avec la participation des avocats de Voie de la Justice et de l'Association des Jeunes Avocats du Mali.
  • en 2016, l'Ambassade de France a financé une action sur deux ans « Visite et écoute des détenus au Mali par la société civile » d'un montant de 26 000€ sur deux ans. Cette action, achevée en mars 2018, a essentiellement porté sur la formation à l'écoute des membres des équipes-terrain, des régisseurs et personnels pénitentiaires organisée et animée par les deux « responsables-pays » en charge du Mali au sein de PRSF, Marie Hélène Bouvier-Colle et Régis Cavelier.

Bilan de la dernière mission effectuée en février 2018

Contexte général du pays : La pauvreté est dominante. La situation des prisons, surpeuplées à la MCA et à Kati, reste très précaire, malgré quelques améliorations sur la cuisine qui avait été apportées par le CICR. Mais, le CICR n’est plus présent que dans la zone nord du pays. Nous ne pouvons pas voyager dans le pays ce qui limite beaucoup l’activité d’encadrement.

Le nombre global de détenus, source DNAPES, à la date du 2 novembre 2018 est de 6 257 détenus dont 2 067 pour la seule MCA, ensuite les plus gros établissements sont Kayes (390) et Kati (234) à comparer à deux très petits Bandiagara et Macina avec moins d’une quarantaine de détenus. 368 mineurs et 174 femmes étaient recensés à la même date. Les détenus, se répartissent en 55% de prévenus, 20% d’inculpés et 25% de condamnés.

Les activités des ET de PRSF déclarées lors de notre mission (fév. 2018) sont : des jardins, 7 en fonctionnement, séminaires accès aux droits et caravane, 0, ateliers de réinsertion, 0. Les dotations servent à des dépenses d'hygiène (savons, eau de javel, grésil) pour 45%.

En prolongement de la réunion de février 2018 à Sébénikoro, incitant les ET à définir des petits projets locaux, nous avons reçu les idées de projets suivants, actuellement en recherche de financement :

DIEMA
  • Forage pompe solaire château eau 5000 L
  • Forage pompe solaire château eau 2000 L
KATI
  • Atelier soudure
  • Pisciculture
KAYES Jardin maraîcher
KITA
  • Appui à l'éducation et la culture
  • Savonnerie artisanale
  • Atelier couture
MOPTI Formation en fabrication de savon
SEGOU
  • Vidange de fosse
  • Construction de regard (est et sud)